Management des Ressources Humaines et Coaching

LB HUMAN RELATIONS

Mon blog

Blog

view:  full / summary

Changer de point de vue...Monter sur la table

Posted on August 20, 2014 at 2:42 PM Comments comments (0)
Le professeur du Cercle des Poètes disparus est mort. Celui qui, le premier, nous a incité à penser "out of the box", s'en est allé. Tant d'émotion, tant de charme et tant de tristesse dans cet artiste tourmenté.

Pour autant, l'enseignement de Robin Williams, tellement incarné dans ce professeur de lycée, nous inspire et lui survit. L'inspiration, c'est bien cela qu'il faut retenir de cet homme et de ses rôles.
 
La scène finale du Cercle des Poètes disparus reste emblématique tant d'un point de vue managériale que d'un point de vue pédagogique;deux sujets qui me passionnent!



"Monter sur la table", d'un point de vue managériale nous enseigne deux choses:
- l'engagement ne peut pas seulement être porté par la raison, l'engagement a besoin d'inspiration, d'émotion, de vision.
- la transgression des règles ou l'audace de penser et faire différemment  ne se fonde pas seulement sur le courage mais aussi sur la créativité et l'intelligence. Intelligence de remettre en cause l'existant, le pouvoir dominant, la technocratie.

"Monter sur la table", d'un point de vue pédagogique nous invite à:
- enseigner différemment en transmettant avec ce que l'on est, ce en quoi l'on croit. Le professeur monte sur la table car son enseignement n'est pas extérieur à lui. Il vit son message pédagogique, le porte, l'incarne, l'agit.
- enseigner en donnant à voir, à vivre, à ressentir, à expérimenter. Le professeur Williams fait de ses élèves les premiers acteurs de son enseignement.

Plus que jamais, la disparition prématurée de Robin Williams nous incite à vivre et vivre l'instant présent.
Carpe Diem chers lecteurs

Les Directions RH doivent-elles faire leur révolution?

Posted on July 20, 2014 at 6:15 AM Comments comments (0)
Les PDG veulent des DRH davantage leaders! Voilà, le constat est tombé. 
C'est en tout cas ce qui ressort du dernier ouvrage sur les DRH du CAC 40 de François Eysette. En 2013, 100% des DRH nommés venaient des "opérations". Cela signifie clairement qu'ils ne venaient pas des fonctions RH internes. 
Aveu d'impuissance, constat d'échec? Quoiqu'il en soit, cela pose questions à la RH que je suis.

Selon F.Eysette, la fonction RH doit monter en niveau et prendre le leadership sur toutes les questions humaines qui se posent dans l'entreprise, en termes concrets et mesurables.
Fini le DRH censeur, armé de précautions, barricadé dans son bureau avec comme bouclier le code du travail. Fini le DRH conformiste qui n'ose pas bousculer les méthodes et façons de faire traditionnelles.

La Direction RH moderne doit être sur le terrain avec les managers et les salariés, accompagnatrice des grands changements humains et organisationnels. J'en suis consciente et pleinement convaincue. Pour autant, ce changement de posture est très difficile à mettre en oeuvre tant du côté des équipes RH que des directions traditionnelles. Je le vis au quotidien. Lorsque nous osons faire différemment, nous sommes regardés comme des extraterrestres, certains doivent même se dire...."encore une lubie RH!!"

La révolution numérique modifie profondément les façons de manager et de gérer les femmes et les hommes. L'influence grandissante de la génération Y et de la génération C, toutes deux connectées interroge les pratiques managériales. Elles ont accès à l'information en instantanée prenant souvent de court les managers et les RH dans leur communication.

Plus que jamais les Directions RH doivent être des "business leaders" voire plus. Elle doivent se poser cette question cruciale: "how can HR business intelligence be leveraged to achieve business strategy?"
C'est la question de mon réseau professionnel linkedin du moment.

Les premiers chantiers qui attendent les Directions RH sont la transformation des organisations et cela impliquera forcément de remettre en cause les fonctionnements actuels et les éventuelles chapelles ou baronnies qui entravent la coopération.

Enfin, pour F.Eysette, le plus grand défi sera sans doute la "reprofessionnalisation" de la fonction RH, qui ne peut se contenter de n'être qu'un support pour les managers opérationnels. Demain, elle devra prendre le leadership et être capable d'analyser les besoins du business et d'apporter une solution humaine aux problèmes rencontrés.

Je partage fondamentalement ce constat. Cette reprofessionnalisation de la fonction passera, je pense, par une nouvelle façon d'enseigner la GRH. La GRH ne se fait pas dans un bureau face à un ordinateur. Elle se pratique sur le terrain, les chaussures de sécurité au pied, au côté des managers et des salariés, dans le bruit des machines, dans l'écoute et l'humilité. La nouvelle GRH devra se faire dans la remise en cause de l'existant et dans la prise en compte de l'humain comme seule et unique vérité.
Or cette vérité est mouvante et changeante...rien à voir avec les règles, le droit et les lois.
Cela risque d'en désarçonner plus d'un! Pour autant, c'est la seule et unique voie pour répondre aux défis de demain.

Keep learning






Un été "studieux"

Posted on July 1, 2014 at 1:34 PM Comments comments (0)
J'ai signé pour une troisième saison en tant qu'enseignante-vacataire pour l'université Lyon III. Cette année, j'ai envie de revisiter mes cours, d'enlever un peu de poussière accumulée l'année dernière.
C'est pourquoi je vais revoir mes classiques, enfin, façon de parler! Je me suis fixée comme objectif de regarder, pour la première fois, la saga Game of Thrones!

Loin de moi l'idée de me détendre, de me délasser devant l'écran, j'aurai un œil critique et professionnel sur cette série qui fait le buzz chez les "jeunes" et moins jeunes.
Au regard du nombre de blogs qui traite de ce sujet, je mesure la popularité. Je fais le choix de lire les études faites avant de m'attaquer à la série; ainsi mon œil sera aguerrie. Cela semble de bon ton face à une série réputée crue et violente, où le pouvoir tend à se fonder avant tout sur la contrainte et la force physique.

knowledge is power /vs power is power

Les études géopolitiques de Game of Thrones ne vont pas beaucoup aider l'enseignante en gestion des ressources humaines et management. Quoique...
Aparté sur la place des femmes...Ah, cela pourrait introduire le travail sur l'égalité H/F? Comment être une femme dans un monde hyper masculin? A lire les blogueurs, les femmes fortes et intelligentes semblent tenter de s'intégrer dans une hiérarchie qui demeure masculine. bon ben, rien à voir avec la volonté d'introduire des valeurs du féminin dans un monde du masculin!!

Si les héroïnes de Game of Thrones préfèrent le maniement des armes, ceci est imposé par la dureté de la situation. Pour autant, il est dit qu'elles ne souhaitent pas se "transformer" en hommes et crient haut et fort leur statut de femmes. Peut-être quelques idées à glaner de ce côté...

Je vous passe les références à Norbert Elias et son "mécanisme absolutiste",  à Max Weber sur la légitimité du pouvoir ou bien à la naissance de l'élite administrative façon Bourdieu. 
L'été sera vraiment studieux si je veux trouver des passerelles et des liens pédagogiques entre Game of Thrones et la gestion des ressources humaines et du management!

Je finirais cet article en livrant à votre réflexion cette analyse: Game of Thrones serait la réponse au Seigneur des Anneaux. Là où l'un raconte le désenchantement progressif du monde, le retrait des dieux et le triomphe de l'Homme; l'autre part d'un monde laïc, violent pour aller vers du religieux, vers le retour à des signes supposés archaïques.

Définitivement, l'été sera chaud...
Keep learning

parent normatif et parent nourricier

Posted on June 1, 2014 at 1:15 PM Comments comments (0)
Je reviens de quelques jours de vacances sur un bateau, bateau sur lequel nous étions 10 adultes en "colonie" de vacances! Cette joyeuse bande était "encadrée" par deux membres d'équipage. Les regarder fut un pur bonheur tant ils étaient l'archétype de ce que l'analyse transactionnelle appelle les manifestations des états du moi.

je m'explique: l'analyse transactionnelle identifie trois états du moi:
- l'état enfant
- l'état adulte
- l'état parent

L'état enfant et l'état parent se subdivisent en plusieurs sous états. Ces sous-états ont une fonction essentielle et complémentaire. Nous sommes tous capables de naviguer dans les trois états. Pour autant, nous avons un état qui nous correspond plus, un état-confort. 

C'était particulièrement vrai pour notre capitaine-skipper et notre cuisinier-steward.

Je vous le donne en mille, notre capitaine jouait préférentiellement sur le registre du parent normatif. Ce dernier a des fonctions de protection, de transmission des valeurs, de respect des règles. Est-ce la responsabilité et le poste qui veulent cela ou est-ce que l'on va vers des positions à responsabilité parce que l'on est naturellement parent normatif? telle est la question. 

Quand à notre cuisinier, il s'est littéralement positionné en parent nourricier, au sens propre comme au sens figuré. Il nous cuisinait du beau et du bon et avait cette fonction de permission et d'encouragement. Mais bien sûr que vous pouvez boire un mojito de plus!!! Allez y danser sur le bateau!!!


Bref, cette équipage qui a été si efficace et complémentaire, si bienveillant à notre égard, s'est bien trouvé, avec ou sans l'analyse transactionnelle.

Une chose est sure, même en vacances, l’œil du coach reste en éveil!

Happy learning!

How to make unforgettable first impressions as a leader?

Posted on April 13, 2014 at 3:52 PM Comments comments (0)
"Leaders that try too hard to win people over are the ones that end up losing the respect of their employees.  The most memorable leaders know how to naturally make a good first impression. They are mindful of what most employees do and don’t expect of them and want to create for them a safe environment that enables engagement. Leadership success is all about people and when leaders forget this fact, they are headed down a path of self-destruction."

"Leadership is not about acting the part, but rather being your most authentic self to serve the organization and advance others, while avoiding the traps of self promotion along the way. As such, first impressions should never be forced; they are opportunities to reveal who you are and what you represent as a leader."

"You can never go at leadership alone.  Making a strong first impression as a leader is about how people initially perceive you, but respect is earned through the consistent actions you take and the decisions you make that tend to the needs of the employees and support the goals and objectives of the business. Without an inspired and focused workforce – enabled to unleash their passionate pursuits of excellence and clear about leadership’s expectations and intentions – the business becomes vulnerable, at risk of losing its top-talent, and productivity begins to wane.

"As you continue your leadership journey, become more mindful of the first impressions you are leaving behind for your employees, clients, shareholders and the industry that you serve.  How does your first impression begin to impact performance, morale, attitude, trust and innovation? " 

"Here are 14 things every leader should consider if they want to make an unforgettable first impression:
1.  Warm Greeting
2.  Polished
3.  Friendly; Engaging
4.  Represents Their Authentic Self
5.  Good Listeners
6.  Are Interested In What Matters to Employees
7.  Embrace Differences and Acknowledge Accomplishments
8.  Knowledgeable
9.  Accessibility
10.Sense of Humor
11.Vulnerability
12.  Consistency
13.  Lead By Example
14.  Motivational

Happy learning and experimentation

Les hommes se déshabillent au grand jour...

Posted on March 31, 2014 at 3:06 PM Comments comments (0)
Eh bien voilà, en ce printemps, c'est le renouveau, même au niveau professionnel.     
Un cycle se termine et j'en profite pour regarder dans le rétroviseur. Une année passée au côté des producteurs, des opérationnels, des opérateurs. Tout ceci au masculin! Qu'est-ce que j'en retiens? 

Vous allez rire, mais je garde en mémoire des hommes qui se déshabillent, au sens propre comme au sens figuré!
Ils osent se déshabiller au grand jour et combien de fois je suis entrée dans un bureau, porte ouverte, pour tomber nez à nez avec mon collègue, le pantalon au niveau des genoux!

Au début, j'ai cru que c'était de la provocation...mais non, les hommes qui se déshabillent pour mettre leur Equipements de Protection Individuelle, le font au grand jour, là où moi, je me cache dans les toilettes.

Il est vrai que mes collègues n'ont pas de cravate, pas de veste, juste des bleus de travail, des casques et des chaussures de sécurité. Un uniforme qui uniformise l'être et la pensée? Le vêtement a alors un poids, il peut devenir un poids.

Le moment de l'habillage et du déshabillage est comme un moment propice pour être réellement soi.

C'est comme si ils acceptaient que je les surprenne à demi nu, à demi-eux, un ultime moment de sincérité. 
Et ces hommes si fiers de leur métier ont également eu le courage de vivre des choses nouvelles, ...de se mettre à nu, au sens figuré.

Je les remercie d'avoir osé, de m'avoir fait confiance, et d'avoir testé avec moi une nouvelle façon de faire mon métier. J'ai accompagné managers, mainteneurs, opérateurs, dans leurs conflits, dans leurs interrogations, dans leurs émotions... Tant d'états d'âme accueillis dans ce bureau, de claquement de casque, de bruits d'outils.

Vont-ils me manquer? Oui un peu, je le reconnais... Je prends des fonctions transversales et je quitte l'opérationnel...Sans doute pour mieux y revenir.

une phrase qui guide...

Posted on March 17, 2014 at 3:33 PM Comments comments (1)

"Rappelle toi:l'unique personne qui t'accompagne toute la vie, c'est toi-même! Sois vivant dans tout ce que tu fais."

Pablo PICASSO

Théorie du bocal de cornichons

Posted on February 9, 2014 at 5:17 AM Comments comments (1)
Ces dernières semaines m'ont amenée à revoir plusieurs de mes anciens collègues. C'est toujours un moment agréable où l'on reparle du bon vieux temps et où l'on prend des nouvelles de chacun. Comment les uns et les autres ont évolué... bonheurs et malheurs dans le monde  du travail!

C'est au cours d'une soirée un peu arrosée que la théorie du bocal de cornichons m'a été exposée par Dr L.R (pour des raisons de confidentialité, je ne peux communiquer son véritable nom). Cette théorie est le fruit d'une longue observation de sa propre expérience professionnelle. Selon lui, "tout corps plongé dans un bocal de cornichons en prend la couleur au bout d'un certain temps" voire d'un temps certain. Je notais promptement cette citation, pensant, à juste titre, qu'elle pourrait faire l'objet d'un article.

J'en étais restée là de mes réflexions, lorsque j'ai exposé cette nouvelle théorie à une amie RH qui travaille dans la fonction publique et qui observe beaucoup de ses collègues naviguer à vue au cœur de la nébuleuse. Et là , devant une coupette de prosecco, voilà ce que nous avons élaboré.

Nous ne remettons pas en cause la théorie du bocal de cornichons, en effet, il est incontestable qu'une carotte plongée dans le bocal prend à terme le goût et la couleur du cornichon. Mais qu'en est-il de l'oignon et des grains de moutarde? Nous affinons donc cette théorie en précisant que l'oignon prend très difficilement la couleur et le goût du cornichon, alors quel est son rôle dans le bocal? C'est l'agitateur, l'empêcheur de tourner en rond, qui d'ailleurs reste souvent au fond du bocal et que l'on mange à la fin.

Dr L.R, êtes-vous un oignon qui s'ignore ou un oignon qui voudrait être carotte pour mieux vivre au sein du bocal? Pour moi, être un oignon au sein d'un bocal de cornichons est un véritable art qui demande courage et ténacité!
Quant à la carotte, ce corps plongé au sein d'un bain de vinaigre, de grains de moutarde et de cornichons...est-ce un corps sans personnalité, sans talent ou est-ce un corps hyper adaptable, polymorphe, caméléon qui lui permet d'exister malgré la férocité du bain?

Nous en sommes arrivées à parler du vinaigre et de la moutarde! Dans le bocal de cornichons, sans vinaigre pas de conservation! le Cornichon ne peut survivre que si il baigne dans du vinaigre et les graines de moutarde le mettent en valeur. Tout ça pour dire, que l'environnement joue un rôle très important, tant pour le cornichon que pour le corps plongé dedans!
Ce n'est pas mon amie RH qui dirait le contraire, elle qui est contrainte de faire des plans de formation en tuyau d'orgue. (comprenne qui pourra!)

Je finirai cet article en parlant du truc en plastique, dont on ne se souvient jamais du nom, qui sert à sortir les cornichons du bocal sans y mettre les doigts! Il comprend  le bidule à tirer, le pétouillon accrocheur et la plateforme à cornichon. Ce truc en plastique est intégré au bocal sans en faire vraiment partie! Drôle de place. Un peu comme les prestataires de service, les commissaires aux comptes, les consultants...Bref, tous ces corps de métier qui contribuent à faire sortir le cornichon de son bocal!

En conclusion, je livre cette phrase à votre réflexion: un cornichon seul n'a pas de pouvoir au sein d'un bocal. 



Pourquoi les avocats portent-ils une robe?

Posted on January 12, 2014 at 5:48 AM Comments comments (0)
J'adore mon métier car il me permet de naviguer entre des mondes complètement différents. En tout cas, en ce moment, ceci est particulièrement vrai et je trouve cela fantastique. 
Ok, mais quel rapport avec la robe des avocats, me direz-vous?
Je m'explique... 
La semaine dernière, en l'espace de deux jours, j'ai répondu aux questions des délégués du personnel sur la pénibilité au travail et le comportement inhumain des patrons qui prennent et jettent les salariés, j'ai animé un groupe de travail sur la conduite du changement avec des ingénieurs dubitatifs, j'ai représenté mon entreprise dans un dossier devant le tribunal des prud'hommes et enfin, j'ai donné un  cours de management d'équipe à des étudiants en droit.

Assise aux côtés de mon avocate, en attendant que notre dossier soit appelé par les conseillers prud'homaux, j'ai pris un peu de recul sur ce que je venais de faire et ce qu'il allait se passer... 

J'ai observé les avocats mettre leur robe, prendre leur code du travail et leur gros dossiers, les conseillers prud'homaux attacher leur écharpe tricolore... Bref, je me suis dit, mais pourquoi de tels rituels? 
Après tout, nous RH, lorsque nous représentons la Direction Générale au Comité d'entreprise ou devant les délégués du personnel, nous ne faisons pas tant de manières!!
C'est vrai et pour autant, il m'a semblé intéressant de comprendre pourquoi les avocats portent une robe. En assistant au plaidoyer de mon avocate, j'ai compris...

Certes l'Histoire y est pour beaucoup: par le passé, les avocats étaient pratiquement exclusivement des ecclésiastiques, portant une chasuble. D'où la robe avec ses 33 boutons, en référence à l'âge du Christ lors de sa mort. Ensuite, cette robe fait office d'uniforme masquant les origines sociales des avocats, ceci afin d'aider à l'impartialité de la justice!

Je pense qu'il y a une troisième vertu à cette robe, elle permet à chacune et chacun de rentrer dans son rôle. Car le tribunal est bien un théâtre: on se lève, à l'entrée des conseillers, on se rassoit, il y a une scène et les deux parties jouent leur texte. Jouer, en effet, la situation car cette situation est parfois dramatique. Cela évite d'aborder frontalement le sujet qui fait souffrir, cela évite d'attaquer directement les adversaires. 
D'ailleurs, mon avocate ne les a jamais nommés, les adversaires: pour elle, c'était " l' autre côté de la barre". Et pour cause, sa consœur qui défendait le salarié, était une camarade de promo.

Qu'est-ce que je retiens de cette expérience: dans la confrontation relationnelle, il est utile de mettre en place des rituels afin de mettre à distance, le sujet conflictuel. 
Pour quoi? Pour que chacun puisse mieux vivre la situation en dépassionnant le débat. Or l'émotion présente lors des audiences est canalisée par des règles et rituels contraignants et visibles de tous. 

Au final, dans ce théâtre, les seuls qui ne sont pas costumés, ceux sont l'employeur et le salarié. A nus, dans ce théâtre, nous sommes mal à l'aise... mais la justice sera rendue.

Ma question est comment faire du lien entre les rituels de la justice et les rituels que nous pourrions mettre en place en entreprise pour canaliser l'émotion dans le dialogue social et notamment durant les phases de tension (grèves)...

Keep learning...




Belle année 2014

Posted on January 10, 2014 at 1:05 PM Comments comments (0)

Rss_feed