Management des Ressources Humaines et Coaching

LB HUMAN RELATIONS

Mon blog

Blog

"My significant other"

Posted on November 2, 2014 at 3:09 AM
Ces dernières semaines ont été placées sous le signe de l'émotion, des émotions. Plusieurs événements et quelques lectures m'ont conduite à cette réflexion autour des sentiments, du féminin, du désir et de leur définition. 

Tout d'abord, la belle surprise d'un joli coaching avec mon esthéticienne dans son institut. Dans le temple de la beauté au féminin, nous avons parlé du féminin. Y a t il une singularité à être une femme dans l'action? Face à ses doutes et à ses interrogations, je répondrais oui.

Plus je coache des femmes, plus je me rends compte que nous avons cette propension à faire passer les besoins des autres avant les nôtres, à nous dévaloriser au travail, à n'être jamais satisfaite de notre apparence....Pourquoi? Notre sexe? Notre anatomie? Je ne sais pas y répondre et je ne veux pas y répondre. Le coaching s'attache simplement à demander comment y remédier.

En cela, Yung nous éclaire car il postulait l'existence en chacun de nous d'un archétype représentant le sexe opposé. L'ANIMUS représente la part masculine inconsciente de la femme et l'ANIMA, la part féminine inconsciente chez l'homme. En coaching, nous aidons simplement à aller contacter cette partie enfouie en nous et qui fait, pour autant, partie de nous.

Finalement, il s'agit de créer son identité plurielle, où l'amour et le désir comptent autant que l'accomplissement professionnel. C'est pourtant là que se situe la difficulté: à Etre  une femme dans sa vie amoureuse et dans sa vie professionnelle. A être une femme dans ce que l'on porte sans dévalorisation, à être une femme dans ce que l'on ressent sans culpabilité.

Justement, "l'être" dans un environnement qui se complexifie, demande de la créativité. Les relations amoureuses sont, aujourd'hui, à géométrie variable: hétérosexualité, homosexualité, mariage, concubinage, remariage, divorce,... "Mon épouse", "mon mari","ma copine", "mon ami(e)". Tout cela est obsolète! 

Je fus touchée par un article traitant de cet "autre qui compte". Formule plus élégante en anglais: "my significant other". J'ai trouvé l'expression intéressante car révélant un nuancier d'émotions et de sentiments, de possibles aussi, bien plus vaste que le classique "mon mec" ou "ma meuf". Car son "autre qui compte" appelle des dizaine de réponses: portraits, souvenirs, visages, parfums, moments,... Cet autre n'est donc pas réduit à son genre ou à son sexe. L'Etre ne peut pas se résumer à ceci.

Voilà la boucle est bouclée: je milite pour une identité plurielle de l'être aimé, my significant other!

Keep learning

Categories: valeurs

Post a Comment

Oops!

Oops, you forgot something.

Oops!

The words you entered did not match the given text. Please try again.

1 Comment

Reply josephine
9:28 AM on November 2, 2014 
Merci Laetitia pour cet article, je partage ta vision et me joins à toi pour militer.